Abbaye fortifiée de LOC-DIEU

         La plus ancienne abbaye du Rouergue - dans ce pays peu connu sur les chemins de St Jacques, ni Massif Central ou Toulousain, ni vraiment Quercy, ni vraiment Rouergue, au coin des trois départements de l’Aveyron, du Lot et du Tarn et Garonne, le pays du Quercy-Rouergue - cultive donc le paradoxe. Frontière géographique de toujours, frontière religieuse,  frontière politique autrefois, du temps de la guerre de Cent ans, frontière encore aujourd’hui. Les Cisterciens se sont complus dans les frontières: il n’est donc pas étonnant d’en trouver là. Des bois, un fond de vallée, de l’agriculture, de l’eau.
 
        Mais cette frontière a entraîné des déboires. Incendiés en 1409 par les partisans du roi d’Angleterre, les bâtiments du XIIème siècle sont rebâtis en  Forteresse et pourtant toujours abbaye. Monastère et pourtant aujourd'hui demeure familiale. L’abbaye fortifiée de LOC-DIEU est le fruit original de moines cisterciens arrivés il y a neuf siècles, de la guerre de Cent ans qui la transforma en château fort  et d’une famille qui, depuis deux siècles, s’est installée progressivement dans les étages sans effacer la présence des moines.
 
      Intemporalité des  lieux: le domaine des moines, intouché, est encore celui d'aujourd'hui. Le parc immense, ouvert aux visiteurs, en fait partie. L’abbatiale du XIIème siècle, restée intacte, première voûte gothique sur base romane de Midi-Pyrénées, est connue pour son acoustique et accueille des concerts de musique vocale.


         LOC DIEU, c’est locus Dei, la paix après les brigands qui disputèrent l'endroit aux moines, c'est l’eau et la forêt profonde dans un  pays de causse. La Joconde et les peintures du Louvre, fuyant l’avance allemande à travers la débâcle, y trouvèrent la paix durant quelques mois en 1940. (cf les artictutéles ci-après)                                                              
 

   ***********


2012 : deux siècles de renaissance continue

Loc Dieu a fêté en 2012 deux siècles dans la famille : 150 descendants de Vincent Cibiel, mort en 1871, ont été réunis pour deux jours de fête et de mémoire. De tous âges, ils ont alterné jeux dans le parc, conférence sur la famille et sur les bâtiments, concert, pièce de théâtre... Et bien sûr, agapes suivis de jeux de lumières sur l'étang. Une grand messe, regroupant les paroisses, chantée par un choeur familial dans l'église abbatiale, a cloturé l'événement.



Visites

pour visiter

LOC-DIEU , Martiel, 12200 Villefranche-de-Rouergue
contact local : tel :05 65 29 51 18 et 06 18 41 65 81
contact particulier : 06 12 71 13 43

abbayedelocdieu@wanadoo.fr

Situation : 6kms au S-O de VILLEFRANCHE-de-ROUERGUE sur la route de Montauban (D926). Prendre à droite la D115 (panneau). A 800m parking devant la grille du parc. Le parking est à 400m du monument.

GROUPES : sur RV
contact : Madame BELMON ( 05 65 29 51 18 et 06 18 41 65 81)
  ou encore 06 12 71 13 43 pour plus de détails.

Durée de la visite : environ 1 heure dont 50' de visite proprement dite. (Parcours facile et plat sauf quelques marches pour aller du cloître à l’église.)
Tarif : 4.00€/ personne. Gratuit pour les accompagnateurs.

INDIVIDUELS
Monument ouvert du 1er juillet au 10 septembre 2014. Visite guidée de l’Abbaye tous les jours sauf mardi et Dimanche matin. (10h-12h/14h-18h). Tarif : 5.5€/p. Tarif réduit jusqu’à 13 ans.

En toutes saisons, promenade dans le parc (75HA) : 2.50€/p

                                                                                     ******

La visite guidée permet de comprendre l'importance du domaine hérité du XIIème siècle et ses particularités géologiques.

Puis en partant des aménagements réalisés au XIXème pour lui redonner une raison d'être, le visiteur remonte le temps. D'abord à travers le vestibule monumental recréé pour desservir le monument, puis en arpentant le cloitre et la salle du chapitre où est rappelé le passage en 1940 du musée du Louvre et de la Joconde. Pour enfin culminer avec l'abbatiale du XIIème siècle, splendide dans sa pureté cistercienne, et première voûte gothique de Midi-Pyrénées.

Des rétables curieux du XVIème siècles et un rare devant d'autel breton complète la visite.

Journées du patrimoine: ouverture exceptionnelle d'une chambre gothique, la "chambre du Nonce", de l'ancienne porterie ainsi que la salle à manger du personnel.


JOURNEES DU PATRIMOINE
 
OUVERT LE SAMEDI 20 ET LE DIMANCHE 21 SEPTEMBRE

 de 10h à 12h et de 14h à 18h 


Ouverture exceptionnelle  de la  "chambre du Nonce", monumentale avec une cheminée du XVème siècle et de l'ancienne salle à manger du personnel.

Visite de l'abbaye
Promenade dans le parc. Accès à la Tour point de vue.

Entrée : 4 €

 


          
 

 

 

 

Sites Amis

Villefranche-de-rouergue
> www.villefranche.com
l'abbaye est à 6 kms au sud de Villefranche de Rouergue

Abbayes cisterciennes
> www.cister.net 
l'abbaye est membre de la Charte des Abbayes et des sites cisterciens

www.jardinez.com 
le site des parcs et jardins

http://www.pjmp.eu/
les parc et jardins en Midi-Pyrénées

 

 

 

 

 

 

↑haut






 

Infos Pratiques

ABBAYE FORTIFIEE DE LOC DIEU
MARTIEL
12200 Villefranche de Rouergue

tel: 05 65 29 51 18  mail : abbayedelocdieu@wanadoo.fr
ou tel : 06 12 71 13 43

(à 6kms au sud de Villefranche de Rouergue sur la route de Montauban (D926), prendre la D115)

 

Restaurants :
La Bergerie  à Marroule - 12200 Martiel. Distance 5kms; groupes possibles
tél. 05 65 29 42 01

La Glèbe - 12200 Savignac
Distance 3kms; groupes possibles
tél. 05 65 45 47 39

 

Autres sites à visiter :
La Forteresse Royale de Najac 
12270 Najac - distance : 20kms au sud de Villefranche
Ouverte du 1er avril à la Toussaint, tous les jours.
tél. 05 65 29 71 65. fax: 05 65 29 76 03   mail: forteressedenajac@wanadoo.fr
En surplomb d'un des plus beaux villages de France: nombreuses possibilités d'hébergement et de restauration.

Najac fait partie , avec Villefranche de Rouergue, des GRANDS SITES DE MIDI-PYRENEES.


Le Prieuré de Laramière
(LOT) à 5kms

Les monuments de Villefranche de Rouergue
Chartreuse, collégiale, chapelle des Pénitents noirs...

visitez la Forteresse de Najac construite par le dernier des Comtes de Toulouse. Une merveille d'architecture militaire.

agrandir

Le Parc

75ha/ grande variété d'arbres/ promenades/ point de vue

Jean DARCEL ( 1823-1906), ingénieur des Ponts et Chaussées, a travaillé longtemps avec ALPHAND pour la création des parcs romantiques de Paris. Il participa ainsi très activement à la création du Parc Montsouris, des jardins du Trocadéro (transformés par la suite), de la Grande Cascade du Bois de Boulogne et, surtout, du Jardin des Buttes-Chaumont où une allée porte son nom.

La géologie particulière du domaine de Loc-Dieu, formé d'une épaisse lentille d'argile au milieu du causse environnant, a créé une flore très atypique pour la région. Dans la grande cuvette, une forêt de sapins voisine avec les chênes, de grands résineux de races variées y prospèrent, des sources créent des étangs. Les pins laritios reprennent le contrôle sur les crêtes où une tour permet d'observer l'horizon.

 La grande terrasse, face à la salle du chapitre, supporte de nombreux arbres à fleurs et un cèdre du Liban planté en 1840. Elle est le point de départ de promenades dans le parc.

Comment la Joconde arriva à Loc Dieu…

Lorsque les Allemands déboulèrent vers Paris à la fin de la « drôle de guerre » en mai 1940, les conservateurs du Louvre décidèrent dans la hâte d’aller cacher leurs trésors plus loin que Chambord ou les châteaux de la Loire. En pleine débâcle, ils reprirent leurs grands camions, se cachant le jour, voyageant la nuit : plus de trois mille peintures arrivèrent ainsi à l’abbaye de Loc-Dieu. La Joconde, noblesse oblige, eut droit à sa voiture particulière !

Le Louvre et la Joconde à Loc Dieu

Dès 1939 le musée du Louvre se préoccupe de mettre ses collections à l’abri. En août, il reçoit l’autorisation d’évacuer de nombreux chefs-d’œuvre des musées nationaux vers le Centre et l’Ouest, via Chambord.
Lorsqu’à la fin de la drôle de guerre, en mai 1940, l’offensive allemande se déploie et s’approche de Paris, les conservateurs décident d’aller plus loin.
Ce n’est pas facile : les routes sont encombrées par l’exode massif, les camions sont énormes, en particulier ceux de la Comédie Française, réquisitionnés pour leur capacité à transporter les gigantesques tableaux comme les Noces de Cana de Véronèse (10mx7m). Il faut un camion spécial rien que pour l’essence nécessaire au  convoi.
Loc Dieu était déjà sous un ordre de réquisition. Les peintures sont regroupées à Chambord et reprennent la route : elles arrivent ici entre le 5 et 17 juin, la Joconde en premier; 3120 tableaux sur 3500 évacués seront entreposés dans l’église. Gardiens, conservateurs (André Chamson, René Huyghe… qui deviendront célèbres par la suite), et leurs familles représentant plus de 250 personnes, seront logés soit dans le château soit dans les villages environnants. (Mémer/Vailhourles).

Les Cibiel : une famille dynamique

Alfred Cibiel ( 1841 – 1914 ; député de l’Aveyron de 1876 à 1914) est le dernier représentant d’une famille d’origine auvergnate, très présente dans le Toulousin et spécialement dans le Villefranchois  durant tout le XIXème siècle. Tout en y maintenant une forte implantation politique, ses intérêts économiques se sont rapidement étendus au niveau national en accompagnant le développement industriel et financier de l’époque (Crédit Mobilier, Magasins du Louvre, chemins de fer..). Localement, elle est à l’origine de l’hospice de Rulhe, d’ouvrages publics, de nombreuses écoles et orphelinats dans les villages avoisinants. Outre la restauration de LOC-DIEU, Alfred Cibiel a protégé, près de Villefranche, la Forteresse de Najac, les châteaux de Graves et de Sanvensa.

Pourquoi Loc-Dieu fut fortifiée…

Durant la guerre de CENT ANS, le Rouergue, défendu par les Armagnacs, formait la frontière avec les terres anglaises. Des bandes ennemies faisaient incursion, ravageaient et pillaient. En 1409, l’abbaye fut incendiée. Mais l’église résista. Les moines mendièrent un temps puis reconstruisirent avec beaucoup de peine. Comme partout dans cette région, on éleva des murailles qui ne servirent plus jamais. Alors LOC-DIEU forteresse, abbaye ou château ?

Comment Loc-Dieu reçut son nom...

Les détrousseurs de voyageurs cherchent toujours des refuges. Les grands bois touffus de Loc Dieu, exceptionnels dans cette région, servaient ainsi de repaire aux brigands qui attaquaient les voyageurs sur l’axe romain Rodez-Cahors qui passe à proximité. D’où leur nom de "bois du diable", locus diaboli. L’évêque de Rodez les rebaptisera, lors de l'implantation définitive des moines, en "locus Dei", le lieu de Dieu, Loc-Dieu.